Cancérologie de pointe : Coopération entre l’Hôpital RAMBAM de Haïfa et le Centre Georges-François Leclerc à Dijon

Publié le par franceisraeldijon

0000021372-P1060601

15/16 Septembre 2011 Cancérologie de pointe :

 

Coopération entre l’Hôpital RAMBAM de Haïfa et le Centre Georges-François Leclerc à Dijon



Une belle histoire :

 


A l’occasion de la remise de la Légion d’Honneur à Madame Myriam Ben Arush, native de Dijon et chef de service du département d’oncologie pédiatrique à Rambam, des contacts ont été pris entre les deux structures et, lors de l’exposition Israël-Autrement, organisée par l’Association France-Israël Dijon,en 2009 Monsieur le Professeur Fumoleau, Directeur du centre Leclerc de Dijon a ainsi pu rencontrer Madame Ben Arush et poser les premières pierres d’un partenariat oncologique franco-israélien.

 

Un centre dijonnais :


Le Centre Georges-François Leclerc fait partie du groupe UNICANCER, qui rassemble vingt centres « de pointe » dans la recherche et la lutte contre le cancer en France. Le CGFL est « Etablissement de Santé Privé d’Intérêt Collectif ». Pôle de référence en cancérologie, membre fondateur du PRES Bourgogne Franche-Comté,, centre labellisé pour les études de phase précoce, il favorise l’accès de ses patients aux traitements les plus récents et aux techniques innovantes.

 

Un centre israélien :


Créé en 1938 en Palestine sous le protectorat anglais, le l’Hôpital est transféré en 1948 au nouvel Etat Juif. Il prend alors le nom de RAMBAM , d’après Rabbi Moshé Ben Maimon, c’est-à-dire Maimonide, médecin juif du 12ème siècle de notre ère, né à Cordoue et mort en Egypte.

RAMBAM est le plus grand centre médical du nord d’Israël, rassemblant les services médicaux classiques, les centres d’études basiques et cliniques, des services d’enseignement et de recherche biomédicale, le tout à un niveau technique exceptionnel. En 70 ans, RAMBAM a réalisé des innovations qui ont modifié la médecine moderne et sont reconnus parmi les plus avancés au monde (les Professeurs Aaron Ciechanover et Avram Hershko obtiennent le Prix Nobel de chimie en 2005).

L’Hôpital de Haïfa fait partie d’une chaîne de centres oncologiquesdu Bassin Méditerrannéen.

C’est donc un rayonnement très large qui est espéré d’une telle collaboration.

 

Une coopération médico-scientifique :


Le Professeur Pierre Fumoleau et le Professeur Philippe Maingon se sont rendus à Haïfa en décembre 2010 pour quelques jours et ils ont trouvé à Rambam un état d’esprit semblable au leur : « il est indispensable de mener des recherches fondamentales sur les thérapeutiques du cancer, sur le partage des connaissances, sur la formation des corpus aux nouvelles découvertes, mais une attention croissante doit être apportée à l’information, au confort et à la qualité de vie du patient » déclarent-ils de concert. Un accord a alors été signé entre ces deux centres hyperspécialisés en cancérologie et il s’est approfondi, les 15 et 16 septembre 2011 par la participation du Professeur Abraham Kuten et du Docteur Yuval Shaked à une Conférence scientifique organisée pour les équipes médicales et scientifiques du CGFL et de ses partenaires. Les interventions ont porté sur la radiothérapie du cancer du sein, la réponse de l’hôte aux thérapies anticancéreuses et son impact sur croissance tumorales et métastases, la recherche (clinique et transrationnelle, en radiothérapie, en imagerie fonctionnelle ainsi que sur la qualité de vie des patientes), la réponse immunologique intra tumorale et l’évolution.

Une collaboration de plus en plus approfondie s’annonce avec le prochain séjour au Centre GFL de deux jeunes médecins israéliens puis le départ de médecins français pour Haïfa.

0000021372-P1060603

A Dijon, « on sait recevoir »

Et que dire des moments d’amitié, de convivialité et…. de gastronomie bourguignonne qui ont réjoui les deux médecins israéliens….

 

« La providence éternelle m’a désigné pour surveiller la vie et la santé de Tes créatures.

Puisse l’amour de mon art me garder attentif à tout moment ; que jamais l’avarice, l’envie ou l’ambition ne m’envahissent,

Puissè-je toujours ne voir dans mon patient qu’un être humain dans la peine.

Donne moi la force, la disponibilité et la faculté de toujours vérifier mes acquits, d’étendre leurs applications ; car la Connaissance est immense et l’esprit humain peut s’élargir à l’infini pour s’enrichir quotidiennement de nouveaux défis » (Maimonide)

0000021372-P1060607

Publié dans Santé

Commenter cet article