Pourquoi Jérusalem d'Yves Kayat

Publié le par franceisraeldijon

JERUSALEM YK

 

Pourquoi JERUSALEM

 

Pourquoi pas ROME ou la MECQUE

 

Pourquoi pas PEKIN ou MOSCOU

 

Pourquoi celle qui a été brisée, délaissée, meurtrie, petit boufg oublié par les Nations.

Celle dont le nom fut maintes fois évoqué, mais caché pour se dévoiler dans toute la force de sa beauté comme le joyau conqui par David, et couronnée du Temple édifié par SALOMON.

 

Pourquoi pas Yéroushalaïm,

Celle qui fut le compagnon de route et l'espoir d'un peuple déraciné, expulsé de sa tere, mantes fois persécuté, massacré, voué à la disparition, perdu dans l'enfer des Nations, juifs devenus errants,

 

Celle qui, au fon de nos âmes et nos coeurs, permettait aux exilés, années après années, de répéter :

 

"L'an prochain à Jérusalem".

 

Pourquoi Jérusalem,

Pourquoi la ville de la lumière des âmes, la ville d'amour, la ville de l'infini dévoilement, tant évoquée, tant vantée, tant chantée par les prophtes, enveloppée de l'étoile bleue de David, ne serait pas la maison de toutes les Nations de la planète bleue.

 

Et pourquoi Yéroushalaïm,

Siège du créateur et de la création, objet de l'amour infini, perpétuel et inaltérable des enfants d'Israël, porteurs du texte de vérité en vertu de l'alliance indestructible qu'ils ont contractée avec le maître du monde, renaissante, devenant chaque jour plus belle, priant du matin au soir et du soir au matin, mélangeant le son du schofar, l'appel du muezzin et de la cloche.

 

Yéroushalaïm mon amour, je ne trouve pas les mots pour t'écrire, pour te décrire, pour te vanter, pour chanter ta beauté, simplement pour te dire "je t'aime".

 

et nous y voilà Jérusalem éternelle, capitale du monde où le monde ne sera plus,

 

Mais nous continuerons jusqu'à la fin des temps à proclamer avec les anges, l'un l'autre et tous ensembles :

 

"L'an prochain à Jérusalem"

 

Yves Kayat, 

Jérusalem, 07/08/2009

 

Copyright tous droits réservés


Publié dans Jérusalem

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article