Communiqué de France Israël Dijon pour Guilad Shalit

Publié le par franceisraeldijon

P1040908.JPG

25 JUIN 2010 : COMMUNIQUE DE FRANCE-ISRAEL DIJON AU LENDEMAIN DU RASSEMBLEMENT DE SOUTIEN A GUILAD SHALIT A DIJON : « Liberté pour Guilad Shalit, otage depuis 4 ans »

  Rassemblement devant la Mairie de Dijon

« Bien triste anniversaire que celui du quatrième anniversaire de la captivité du jeune citoyen français et israélien Guilad Shalit.

Enlevé sur le sol israélien le 25 juin 2006 par une branche armée du mouvement terroriste palestinien Hamas, Guilad Shalit est détenu depuis 1460 jours comme OTAGE dans le plus grand mépris des Droits de l’Homme. Il détient le triste privilège d’être l’otage français le plus ancien à travers le monde.

Aucune organisation internationale (le Hamas ayant de nouveau refusé - mercredi 23 juin - à la Croix-Rouge internationale le droit de lui rendre visite) n’a ainsi pu s’assurer de sa santé et de ses détentions. Sans que cela n’émeuve une belle âme côté assistance humanitaire, ou la commission des Droits de l’Homme de l’ONU !

Alors que partout en France se sont déroulés des rassemblements pour demander sa libération (notamment à Paris le 22 juin : 15 000 personnes), au lendemain de notre rassemblement sur la Place de la Libération à Dijon, nous réaffirmons solennellement notre volonté de voir Guilad rapidement libéré par le Hamas.

Discours prononcé par Monique Thébault et Yannick Hoppe

Nous demandons :

- à l’Autorité palestinienne conduite par le Hamas ainsi qu’au gouvernement israélien de tout mettre en œuvre pour parvenir à sa libération
- au Président de la République française et à son gouvernement de faire preuve de la même détermination sur ce dossier que celle qui a contribué à la libération des infirmières bulgares, et d’Ingrid Bétancourt.
- aux élus locaux de bien vouloir afficher le portrait de Guilad Shalit sur les façades des mairies, conseils généraux et régionaux
- aux parlementaires nationaux et européens de veiller à l’application de la résolution adoptée par le Parlement Européen de Strasbourg le 11 mars 2010 et appelant à sa libération
- aux Français pour qu’ils n’oublient pas que, quelque part au Proche-Orient, un Français est otage. Depuis 4 ans.

Nous assurons la famille de Guilad de nos pensées et de notre soutien en cet anniversaire douloureux. Nous restons et serons toujours mobilisés aux côtés de sa famille, de la France et d’Israël, jusqu’à sa libération !

 

Discours prononcé par Monique Thébault,

Vice-Présidente de France-Israël Dijon,

le 25 juin 2010 Place de la Libération

P1040897.JPG

 

 

Nous étions déjà sur cette place le 22 MARS 2009 pour les 1000 Jours.
Nous étions déjà sur cette place le 25 JUIN 2009 pour les 3 Ans.

Et nous sommes là aujourd’hui  24 JUIN 2010   sur cette  place de la Libération à Dijon pour dire à famille Guilad et à Israël qu’on est à leurs côtés

Cela fait 48 MOIS que Guilad Shalit, jeune franco-israélien aujourd’hui âgé de 23 ans, a été enlevé par le Hamas le 25 Juin 2006 par des groupes armés palestiniens, lors d’une attaque menée sur une base de l’armée située du côté Israélien de la clôture séparant la bande de Gaza d’ Israël, et nous disons bien « enlevé sur le sol Israélien ».
Guilad  est OTAGE du Hamas
Cela fait 48 Mois que nous ne savons rien
Cela fait 48 Mois de privation de toute liberté
Cela fait 48 Mois que sa famille et ses amis vivent dans l’angoisse
Cela fait 48 Mois qu’aucune organisation humanitaire, notamment la Croix-Rouge qui s’est vue hier encore refuser par le Hamas le droit de le rencontrer, n’a pu s’assurer de sa santé, ni de ses conditions de détention en violation totale des règles internationales.

Israël considère l’Autorité Palestinienne conduite par le Hamas comme étant totalement responsable de cette attaque à KEREM SHALOM  ainsi que de l’enlèvement du Soldat Guilad.

Nous demandons au Président palestinien Mahmoud Abbas  d’utiliser toutes les capacités nécessaires, y compris les moyens militaires, pour assurer la libération du soldat franco-israélien. Le Président Abbas doit maintenant prouver le sérieux des ses intentions. Nous l’appellons à demeurer à Gaza et à agir immédiatement pour le libérer rapidement.

Cela fait 48 MOIS que ni la croix rouge internationale, ni Israël, ni l’intermédiaire allemand de haut niveau  qui a mené les tractations indirectes entre Israël et le Hamas pour obtenir la libération de Guilad n’ont réussi à infléchir les dirigeants du Hamas et obtenir un droit de visite. Sans que cela émeuve une belle âme côté assistance humanitaire, ou la commission des Droits de l’homme onusienne.
 
Nous demandons au Président de la République française et à son gouvernement de continuer à démontrer sur ce dossier la même détermination qui a déjà conduit à la libération des infirmières bulgares et d’Ingrid Bétancourt.
Nous appelons également aux élus locaux à afficher le portrait de Guilad sur les mairies, les conseils généraux et régionaux, comme autant d’étendards de notre combat pour sa liberté.
Nous lançons enfin un appel aux Français pour qu’ils n’oublient pas que, quelque part au Proche-Orient, un Français est otage. Depuis 4 ans.

Nous restons et serons toujours mobilisés aux côtés de sa famille de la France et d’Israël jusqu’à sa libération.

 

Lecture de la résolution du Parlement européen

du 11 mars 2010sur Guilad Shalit

par Yannick Hoppe,

Secrétaire de France-Israël Dijon

 

 

Le Parlement européen ,


—  vu la troisième convention de Genève de 1949 et son article 3 commun aux conventions de Genève de 1949,
—  vu la convention internationale de 1979 contre la prise d'otages,
—  vu la déclaration de la présidence, du 18 novembre 2009, au nom de l'Union européenne concernant la situation humanitaire à Gaza, qui demande "aux ravisseurs du soldat israélien Gilad Shalit de libérer ce dernier sans délai",
—  vu la résolution 921 du Congrès américain du 18 juillet 2006,
—  vu ses précédentes résolutions sur la situation au Proche-Orient qui comprennent un appel à la libération de Gilad Shalit,
—  vu l'article 122, paragraphe 5, de son règlement,
A.  considérant que le caporal (aujourd'hui sergent) Gilad Shalit a été enlevé le 25 juin 2006 par le Hamas sur le sol israélien,
B.  considérant que le sergent Shalit a la citoyenneté européenne (française) et israélienne,
C.  considérant que, depuis qu'il a été pris en otage, le sergent Shalit est gardé au secret à Gaza où il est privé des droits fondamentaux prévus à l'article 3 commun des conventions de Genève de 1949 et, partant, dans la troisième convention de Genève de 1949,
D.  considérant que le Hamas revendique la détention persistante du sergent Shalit en invoquant le fait qu'il est détenu en conformité avec la troisième convention de Genève de 1949,
E.  considérant que le droit international humanitaire et le droit international en matière de droits de l'homme doivent, en toutes circonstances, être respectés par l'ensemble des parties au conflit du Proche-Orient,
F.  considérant que l'instauration d'un climat de confiance entre Israéliens et Palestiniens est au centre d'un processus de paix conduisant à deux États pouvant vivre côte à côte en paix et en sécurité,
G.  considérant qu'une vidéo, reçue en octobre 2009 et montrant le soldat captif tenant un journal de Gaza daté du lundi 14 septembre, représente le signe de vie le plus probant du sergent Shalit,
1.  demande la libération immédiate du sergent Gilad Shalit;
2.  exhorte le Hamas à tenir promesse et à accorder au sergent Shalit les droits et privilèges prévus dans la troisième convention de Genève de 1949;
3.  déplore le non-respect persistant des droits fondamentaux du sergent Shalit et le fait que tant sa famille que les autorités françaises et israéliennes ont été empêchées d'obtenir des informations sur son état de santé; invite donc instamment le Hamas à autoriser le Comité international de la Croix-Rouge à rendre rapidement visite au sergent Shalit et à lui permettre de prendre contact avec sa famille, conformément à la troisième convention de Genève de 1949;
4.  souligne l'importance de progresser vers une solution fondée sur l'existence de deux États et se félicite de la reprise de négociations indirectes entre Israël et l'Autorité palestinienne;
5.  insiste sur le fait que des mesures venant de l'ensemble des parties et visant à instaurer un climat de confiance mutuelle, notamment la libération d'un nombre significatif de prisonniers palestiniens, est de nature à créer des conditions favorables à la libération du sergent Shalit;
6.  charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil et à la Commission, aux États membres, à la Haute représente de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité / vice-présidente de la Commission, au gouvernement israélien, à l'Autorité palestinienne et à l'Assemblée parlementaire euro-méditerranéenne
 
Article 9 de la Déclaration Universelle des droits de l'Homme: Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé.

Publié dans Guilad Shalit

Commenter cet article