Débat « Primo-Club Méd »

Publié le par franceisraeldijon

club-med-news-finance-capital-investissements.jpg

- Dernière Minute


Le Club Med a repris contact aujourd'hui avec Primo. Thierry Orsoni nous informe que, « devant l'émotion suscitée par les conditions de l'escale du voilier Club Med 2 au Liban en septembre prochain, le Club Méditerranée a décidé ce matin d'annuler cette escale. Celle-ci sera remplacée par une nouvelle destination qui sera annoncée très prochainement ».

 

Primo en prend acte. (Lundi 12 avril 2010, 13h30)

 

- 11 avril 2010 : article "Club Med : le débat" sur le site Primo-Infos


Suite à notre article, mis en ligne le 9 avril au soir, nous avons reçu immédiatement un grand nombre de réactions dont un courrier de Monsieur Thierry Orsoni, directeur de la communication du Club Med. Celui-ci a demandé à apporter quelques précisions.

 

Précisions du Club Med

 

Suite à la publication sur votre site, du post de Pierre Lefebvre dans la rubrique « Sélection Primo », intitulé « Club Med Tous les bonheurs du monde », nous tenons à vous apporter certaines précisions.

 

Il nous semble, en effet, important de compléter les informations publiées. Pierre Lefebvre, dans son article, ne retranscrit pas l’intégralité du texte initial figurant dans notre brochure des croisières été 2010.

 

Le texte en ligne sur votre site omet effectivement de préciser que les mesures appliquées aux ressortissants israéliens émanent des autorités libanaises et en aucun cas du Club Med.

 

Voici l’intégralité du texte paru dans notre brochure :

 

Croisière Bodrum - La Valette: la croisière Bodrum/La Valette du 16 au 28 septembre 2010 fera escale au Liban. Les autorités libanaises n’admettent ni sur leur territoire, ni à bord du Club Med 2, de ressortissants détenteurs d’un passeport avec visa ou tampon israélien. En cas de non respect de ces formalités douanières, relevant de la responsabilité du ressortissant, celui-ci se verra refuser l’accès au bateau le jour de l’embarquement le 16 septembre à Bodrum, et supportera tous les frais en résultant. Le Club Méditerranée n’encourra aucune responsabilité pour toute omission, faute ou négligence du ressortissant.

 

Il nous semblait important de porter à la connaissance de vos lecteurs cette partie de texte, montrant que le Club Med n’est pas à l’initiative de telles mesures.

 

Le Club Med regrette le malentendu qu’a pu faire naître ce texte à vocation exclusivement commerciale et administrative.

 

Présent dans 35 pays et représenté par plus de 100 nationalités, le Club Med a été pionnier dans le respect des cultures et continue aujourd’hui à œuvrer dans ce sens.

 

Thierry Orsoni, directeur de la communication du Club Med


* * * *
Notre réponse

Cher Monsieur,

 

Nous vous remercions de votre mise au point qui sera publiée dans nos colonnes.

 

Cependant, nous sommes au regret de vous dire que cela ne change rien à notre position.

 

Nos lecteurs ne sont pas des imbéciles et avaient bien compris que le refus de laisser circuler des visas israéliens dans un port libanais émanait des autorités libanaises et non de votre entreprise. D'ailleurs, l'article de Pierre Lefebvre l'évoque clairement.

 

Vous ne pouvez ignorer que cette discrimination (qui tient du racisme) est à l'oeuvre dans beaucoup de pays arabes vis à vis des Israéliens, dont l'Arabie Saoudite.

 

Ce que nous déplorons est la facilité avec laquelle vous vous pliez à un diktat honteux.

 

Est-ce que les autorités douanières israéliennes ont les mêmes exigences ? Et que dirait-on d’elles si elles les avaient ? Vous-y soumettriez-vous de la même façon ? Permettez-nous d’en douter.

 

La vraie grandeur du Club aurait été de refuser ce diktat et on aurait bien vu qui aurait remporté ce bras de fer.

Le Liban avide de devises de richissimes touristes ? Ou bien le Club à qui il aurait suffi de « zapper » une destination au profit d’une autre ? Haïfa, à quelques encablures de là aurait constitué une parfaite alternative : une ville, ô combien intéressante, et un peu plus respectueuse des touristes qui viennent lui rendre visite.

 

Voyez-vous, M. Orsoni, les affaires sont une chose, l’éthique en est une autre. Certes.

 

Mais quand celles-là s’évertuent à se développer sur le dos de celle-ci, il finit par se produire un rejet par des consommateurs pas si idiots que ça et friands de « répondre mieux aux deux grands enjeux fondamentaux de notre époque : la pression sur la planète d'une part, et la tension entre les hommes d'autre part » comme vous le dites tellement mieux que nous.

 

Il viendra un jour où vous pourrez faire voguer vos navires entre Beyrouth et Haïfa.

 

Lorsque cela sera possible, nous vous proposerons de prendre à votre bord des enfants sourds israéliens, d'origine arabe, juive ou palestinienne d'une association que nous soutenons à Jérusalem, Hattie Friedland, histoire de réduire cette tension de manière plus efficace.

 

Cordialement

L'équipe Primo

 

 

Extrait du document officiel du Club Med, disponible sur leur site, nommé Erratum E10


- 9 avril 2010 : article de Pierre Lefebvre sur Primo-Infos "Club Med : tous les bonheurs du monde"

La joie des croisières, les villages vacances, la découverte de pays exotiques sans risque de tomber sur un indigène, bien à l’abri derrière des murs épais… et l’apéro compris.

 

Derrière la pub souriante se cache la face hideuse du commerce, de la rentabilité et de la soumission aux diktats des prétendues démocraties.

 

Au bord de la Mer Egée, le Club Med a « redesigné » (sic) un village le long de la Riviera turque. Au sud d'Izmir, blotti dans une péninsule protégée, le Village Club Med de Bodrum s'épanouit sur une colline de pins parasols.

 

Les nouveaux atours de ce 4 Tridents (équivalents des étoiles pour les villages vacances) mêlent art de vivre méditerranéen et confort contemporain.

 

Et tout cela est bel et bon.

 

Surtout quand le superbe bateau le Club Med 2 vient y prendre ses passagers pour les emmener voguer sur les flots à la rencontre de pays méditerranéens.

 

Parmi ceux-ci, le Liban. Et, dans ces conditions, le Club Med ne rigole plus.

 

Le 16 septembre 2010, une croisière Bodrum-La Valette du 16 au 28 septembre 2010 fera escale au pays du Cèdre.

 

Et le Club Med informe les passagers qui auraient eu la mauvaise idée d’avoir fait un voyage en Israël auparavant qu’ils ne sont pas les bienvenus.

 

Et il le fait savoir sans ambages à ses clients, les Gentils Membres, juif ou ayant foulé la terre d’Israël, pèlerins compris.

 

'Sont interdits à bord du Club Med 2 les ressortissants détenteurs d’un visa avec visa ou tampon israélien. En cas de non respect de ces formalités douanières, relevant de la responsabilité du ressortissant, celui-ci se verra refuser l’accès au bateau le jour de l‘embarquement le 16 septembre à Bodrum'.

 

Le Club Med pourrait déplorer ce boycott éhonté, s’en excuser auprès de ses Gentils Clients. Simple question de dignité !

 

Ce serait au Club de dire aux autorités libanaises, en termes plus délicats, certes : « Si vous n'acceptez pas les tampons israéliens sur les passeports, allez vous faire voir. Vous ne bénéficierez pas de la manne de nos touristes blindés aux as. Vous n’avez qu'à croupir dans votre marasme et dans votre racisme empoisonné, inspiré par le Hezbollah, allié de l’Iran'.

 

Evidemment que c'est ce discours que le Club devrait tenir. Mais le Club est à l'image de son pays et de son continent : couard et impuissant...

 

Bien évidemment, et même devant la justice française, le Club Med prétendra se conformer uniquement à la législation en vigueur au Liban. Il pourra même assurer qu'il ne pensait qu'à la sécurité de ses voyageurs.

 

Etait-il alors obligé d’en rajouter comme il le fait dans son erratum, histoire de bien se faire comprendre : que le dit ressortissant « supportera tous les frais en résultant et que le Club Med n’encourra aucune responsabilité pour toute omission, faute ou négligence du ressortissant ».

 

Tous les bonheurs du monde, dit la pub du voyagiste… sauf pour les Juifs et ceux qui sont allés en Israël.

 

Heureusement, la charte du Club Med prend bien soin de préciser : « Se développer plus durablement, c'est le faire en répondant mieux aux deux grands enjeux fondamentaux de notre époque : la pression sur la planète d'une part, et la tension entre les hommes d'autre part. Le Club Méditerranée prend sa part de ce défi, en cherchant mieux gérer les impacts que son activité engendre sur ces deux enjeux. »

 

Car au Club Med, on est soucieux du développement durable. Et si ce développement pouvait se faire sans les Juifs, cela n’en serait que mieux. Curieuse manière de lutter contre la tension entre les hommes !

 

Israël est un pays libre. Entre autres particularités, il en possède une, unique au monde. A l’arrivée en Israël, on ne tamponne jamais votre passeport sans vous en demander l’autorisation, même aux heures de grande affluence à l’aéroport.

 

Les fonctionnaires des douanes ne sont pas toujours souriantes, mais elles vous proposent de tamponner une feuille blanche que vous glissez dans votre passeport, le temps de votre séjour.

 

Israël est le seul pays à vous proposer cela, dans le seul but de ne pas vous nuire dans vos voyages futurs.

Et ils font bien.

 

Car, parmi ces pèlerins qui assaillent Israël au temps de Pâques pour aller s’astiquer les lacrymales sur la détresse de Marie-Madeleine, il y a peut-être un futur voyageur du Club Med 2 croisière Bodrum-La Valette du 16 septembre 2010.

 

Celui-ci pourra sans rougir présenter son passeport à l’embarquement du fastueux navire, fierté de la flotte de l’organisateur de séjours pour bobos.

 

En France, les commerces et lieux publics étaient interdits au juifs jusqu’en 1945. 5 ans après, en 1950, le Club Méditerranée était fondé. 50 ans plus tard, certains ont parfaitement retenu la leçon, inculquée lors des grandes heures du régime nazi.

 

Tout le monde le sait, grâce aux précédentes campagnes de pub : 'Club Med, le bonheur si je veux'.

 

Pour les Juifs, pour ceux qui ont un visa d’Israël sur leur passeport et qui voudraient profiter des offres du voyagiste, il reste le village de Coral Beach, proche d’Eilat, sur la Mer Rouge.

 

Dans ce Village Club situé en Israël, il parait que même les Juifs ont accès au buffet.

 

NB : Primo tient à la disposition de chacun copie du dépliant du Club Med. Un simple courriel et il vous sera envoyé au format PDF. Mais il suffit d'aller chercher l'erratum en tapant 'croisière bodrum' sur le site du Club Med, de le télécharger et de lire la page 8.

 

Avec l'aimable autorisation de Primo-Infos

© Primo

Publié dans France Israël

Commenter cet article